Aller au contenu

La géothermie très peu profonde

La géothermie de très faible profondeur puise la chaleur du sous-sol dans les premiers mètres sous la surface du terrain via un système de capteurs horizontaux ou éventuellement de corbeilles géothermiques (appelé aussi échangeurs spiralés).

Les systèmes géothermiques très peu profonds captent la chaleur du sol via un système de tuyaux installés dans les premiers mètres sous la surface du sol. Un fluide (généralement de l’eau glycolée) circule dans cette boucle fermée enfouie dans le sol, emmagasine la chaleur du sol et la restitue au bâtiment via une pompe à chaleur géothermique qui la redistribue dans un circuit de chauffage domestique. 

Les capteurs horizontaux s’installent à faible profondeur (1 ou 2 m) et nécessitent donc simplement un décapage superficiel du terrain, l’installation du circuit de tubes géothermiques et le remblayage.

Brugeo - Nappes horizontales
Nappe horizontale

Les corbeilles géothermiques peuvent, quant à elle, être installées dans des tranchées de 1 ou 2 m de profondeur. 
Les corbeilles géothermiques sont plus compactes que les capteurs horizontaux et permettent ainsi une économie d’espace. 

Brugeo - Corbeille géothermique
Corbeille géothermique

 

Ces techniques ont l’avantage de nécessiter peu de travaux de terrassement, mais présentent les inconvénients suivants :

  • Le système requiert une surface de terrain très importante (de 28 à 100 m²/kW de puissance de chauffage nécessaire), sans végétation car les racines pourraient endommager le système et/ou faire de l’ombre empêchant une recharge thermique par rayonnement solaire.
  • En hiver, lorsque les besoins en chaleur sont les plus élevés, la température naturelle du sous-sol à faible profondeur est assez basse, ce qui diminue considérablement le coefficient de performance de la pompe à chaleur.
  • L’utilisation en climatisation passive (geocooling) est inenvisageable en été car la température naturelle du sous-sol y est trop élevée.

Cette géothermie de surface apporte peu d’avantages par rapport à une pompe à chaleur aérothermique puisant la chaleur de l’air extérieur, car la température du sous-sol proche de la surface est proche de celle de l’air extérieur. Le gain en termes de performance énergétique est donc assez limité, tandis que la performance du système varie fortement avec les saisons.

S’abonner à l’actualité de la géothermie à Bruxelles